squat ! ouvre ton squat ! squat !

squatt the empties!

Cette page est destinée à promouvoir le squat en tant qu'alternative à la propriété privée et à la crise du logement. Le fait même d'ouvrir un squat est un acte illégal aux yeux de cette justice de classe qui défend la propriété privée au détriment du besoin réel de se loger. Trouver un logement maintenant est une véritable galère.Galère de tune pour payer des loyers exorbitants et galère orchestrée par l'administration pour ralentir, sélectionner, discriminer les dossiers.
Cette nécessité est utilisée par les dirigeants pour nous asservir: Nos vies sont des marchandises rangées sur les rayonnages du grand magasin dU PATRONNAT, DES MULTINATIONALES, DES ACTIONNAIRES...
De la tour H.L.M. à la petite maisonnette, les propriétaires et les urbanocrates mûrent notre existence. Il nous tarde de nous libérer de ces entraves en s'en donnant réellement les moyens. Tant de maisons vides sont une provocation à laquelle le coup de pied de biche répond de fašon radicale.

REAPPROPRIONS-NOUS NOS VIES ET NOS MAISONS!

Squatter n'est pas dur en soi.C'est après que ça change!
Une bonne dose de speed , des outils et quelques conseils et c'est parti. V'là quelques éléments de réponses...
PIED'BICHE !

reperages

Si tu veux ouvrir un squat, il te faut repérer plusieurs lieux qui correspondent à tes envies. Y'a pas besoin d'une vieille usine de 10000 m2 si vous êtes 2 et que vous ne voulez qu'habiter.
C'est mieux de faire des tours à vélo ou à pied pour repérer. Fais en souvent, tu remarqueras toujours d'autres bâtiments. Ne fait pas tes repérages de nuit ou les jours fériés.

Essaie de voir s'il y a du passage (fenêtres qui s'ouvrent, travaux), s'il n'y a pas de prospectus dans la boite aux lettres. Tu peux aussi glisser un morceau de papier entre la porte et le bâti: s'il tombe, c'est une preuve de passage.
Il y a aussi moyen de se renseigner au service du Cadastre( en mairie ou aux impôts). Mais il faut savoir que la remise à jour n'est pas permanente.En tout cas, c'est un service public et tu ne devra payer que si tu fais faire une photocopie du plan (grande photocopie). Si ton futur proprioexpulseur est une entreprise, tu peux aller voir sur minitel à la chambre de commerces ou 3617 VERIF ou même et surtout les voisins s'ils te répondent sans partir en courant.Parfois, les voisins surveillent les maisons...
La fréquence des maisons mûrées est signe de l'attention portée par les promoteurs sur la bonne vie du quartier. Ca peut être interressant. On peut supposer qu'un paté de maisons vides se fera expulser rapidement alors que pleins de petites maisons...

Saches que tu risques de voir pleins de bâtiments qui ne le feront pas, ne te décourages pas.
Si le moyen d'entrer est facile, tu peux faire une visite pour te décider mais il ne faut pas griller le lieu. Tu peux évaluer la taille et l'état de dehors et le mieux est encore de visiter et d'ouvrir le même soir.
Une première visite peut être l'occas de poser un verrou.C'est un peu risqué mais ša permet une ouverture en plein jour avec les clés! Tu peut aussi déposer des outils ou des matériaux pour préparer l'ouverture.
Il est bon de savoir que les proprios ont la facheuse tendance de passer environ tous les mois.Ne tardez pas trop.


l'ouverture

Voici le moment tant attendu! Les travailleurs de la nuit sont en route.
Il est préférable d'avoir un minimum d'outils:
-un sac à dos
-des verrous
-des locquets
-des tournevis ou même encore mieux une perceuse-visseuse sans fil
-une lampe de poche
-tout un tas d'vis et d'clous.
-du scotch
-un pied de biche
-des gants( pas indispensables mais...)
-de quoi barricader: une bastringue ou toute barre de bois, fer...
-un sac poubelle si vous avez envie de faire caca, vous ne boucherez pas d'emblée les chiottes.
Tous les autres outils sont les bienvenus.
USE TOOLS!

Il faut éviter qu'il y est des témoins. Donc pour l'heure, il faut voir en fonction de la fréquentation de la rue. 2, 3 heures du mat. est souvent une bonne heure.
S'il y a plusieurs personnes, certainEs peuvent faire le guêt.
Une effraction, ça fait du bruit et c'est une preuve en cas de flagrant délit donc, s'il y a moyen de ne pas utiliser le pied de biche, c'est mieux. La légende s'écroule!!!
S'il faut casser un carreau, utilisez du scotch pour ne pas faire de bruit. Le bruit!!! Si y'a un moment oû il faut y faire attention, c'est celui-là. Les voisins n'hésiterons pas à appeler la flicaille avec les emmerdements.Il vaut mieux les rencontrer le lendemain plutôt que la nuit dans leur jardin...

Pour utiliser un pied de biche, c'est très facile: c'est un levier donc il te faut un point d'appui, comme par exemple l'huisserie qui supporte la gâche, dans laquelle s'engage le pêne
C'EST CLAIR ?
Un shéma s'impose:
c'est beau une porte ouverte! barricadage!


Une fois rentréEs, les choses se compliquent.
Il s'agit maintenant de barricader les différentes entrées. En tout premier lieu, retires les verrous qui étaient posés et remplaces les par les tiens.
Rajoute des locquets en haut et en bas de la porte( point sensible). En tout cas, car tu ne pourra peut-être pas tout faire la première nuit, il faut pouvoir empécher toute tentative d'envahissement incontrôlé des keufs hyper violents et complétement bourrés à cette heure avancée...
Bloque aussi la porte avec la bastringue en la calant dans le trou du paillasson ou autre.
Après ces préliminaires un peu speed, tu peux visiter ta nouvelle maison.C'est à dire que tu peux regarder s'ily a encore l'eau et l'élec.
Pour cela, un testeur et des gros plombs E.D.F. ne sont pas superflus... Pour l'eau, elle est souvent fermée au robinet qui se trouve à la cave.

L'INSTALLATION
La première nuit n'est jamais terrible!
  • Vous êtes maintenant chez vous.Découvrez sous tous les angles votre nouvelle maison. Genre voir s'il n'y a pas de portes secrètes ou autre.
    Souvent, on attire moins l'attention en n'essayant pas de se cacher.
  • Vous pouvez vous écrire une petite carte, le cachet de la Poste faisant foi pour prouver l'occupation depuis plus de 2 jours.
  • Il faut savoir qu'après un délai légal de 48 heures, ni le propriéaire ,ni personnes d'autres ne peut plus vous déloger sans décision de justice. Une preuve supplémentaire de votre installation sera la précense de meubles, matelas...
  • En matière d'électricité, il est toujours bon de vérifier le circuit et de le refaire si par exemple, les fils sont en tissu voire en carton comme souvent dans les vieilles maisons.
    Vu que les chauffages électriques, ils pompent mortel!,il faut réévaluer l'ampèrage des plombs: à chaque pièce où il y a un chauffage, il faut mettre un fusible de 16 ampères. 16 ampères, ça veut dire 16a x 220v =3520 watts, c'est à dire un chauffage à maximum 3000 watts + lampes, chaîne HiFi ou autre.
    Les incendies, ça n'arrive pas qu'aux Zautres...
  • Renforcer la porte peut être utile: vous pouvez percer un trou pour poser un judas( utile pour voir sans être vu! ), adapter un système de barre transversale pour consolider la porte:
    Si la porte s'ouvre sur un couloir, vous pouvez percer 2 trous dans les murs pour y glisser une bastringue. C'est encore mieux de poser un U sur la porte dans lequel la bastringue se glisse pour ne pas qu'ils puissent la tirer vers eux non plus.
  • Il ne faut pas laisser la maison vide tant que vous ne connaissez pas les réactions des proprios.C'est galère mais ça peut vous éviter des mauvaises surprises genre des serrures neuves et tes affaires enfermées !


gagner du temps!!

  • Le proprio envoie souvent les keufs lorsqu'il vient de constater l'occupation. Vous pouvez communiquer avec eux dans la limite de leur compréhension, bien sûr. Temporisez au maximum et restez évasifs quant au nombre de personnes et bien sûr à leur nom. Le proprio doit les connaître car l'expulsion est nominative. Inutile de préciser qu'il ne faut pas dire que vous êtes rentréEs pr effraction. Réparer la porte ou toute trace.
  • La procédure la plus utilisée est appelée référé qui peut être très rapide. Il peut être judicieux de prendre un/une avocatE pour pouvoir contester et exploiter toutes les possibilités: par exemple un mauvais numéro de maison, une revendication des deux mois légaux de délai entre la remise de l'avis et l'expulsion, souvent déniés par les juges. Une petite séance de misérabilisme et d'énoncés de grands principes genre le droit au logement pour tous... fait aussi son petit effet.
  • Si vous gagnez moins de 4000 frcs par mois,vous pouvez donc prétendre à l'aide juridictionnelle qui permet de ne pas payer les frais d'avocat.
    Il faut préciser qu'entrer dans le délire tribunaux n'apporte jamais grand chose( à mon goût) et ne fera que ralentir et repousser une décision hélas inévitable: l'EXPULSION. Vous pouvez monter un dossier avec l'avocat pour tenter de trouver un accord avec le proprio. Une demande de bail précaire ou d'occupation à titre gratuit en vous basant sur de faibles revenus, des demandes de logements qui n'aboutissent pas ... peut être une solution.
  • Selon des rumeurs rarement vérifiées, la bonne foi des occupants pourrait faire pencher la décision en votre faveur. C'est par exemple l'ouverture de compteurs légaux d'élec, d'eau ou de téléphone. Encore faut-il être de bonne foi...Et quelle bonne foi déjà??...
  • L'huissier représente l'Etat, le propriétaire et tout ce qu'on déteste. Il a vraiment beaucoup de droits
    • Il peut venir avec un serrurier et rentrer chez vous.
    • Il vient aussi être accompagné de keufs...
    • C'est lui qui constate l'occupation.
    • Tout se qu'il marque dans son constat est vérité, et ce sans justification.
    • Il peut très rapidement prendre la mouche et vous accuser d'outrages (réfère l'histoire d'Olivier).
    • Il constate souvent la voie de fait par la simple occupation, même s'il n'y a pas de trace d'effraction.
    • Il viens au moins trois fois
      • pour la constatation.
      • pour déposer l'avis d'expulsion.
      • pour l'expulsion.
    • Il peut mettre ses courrier dans la boite aux lettres ou même, ça s'est vu, les coller sur la porte.
  • Vous pouvez tenter de lancer une pétition et/ou d'informer la presse pour qu'elle parle de vous. Mais sachez que les pétitions n'engagent personne, que les voisins, s'ils en ont marre, signeront une contre vous. Quant à la presse, elle a besoin de faire des titres et couvrira aussi bien une activité, une histoire sordide qu'une expulsion. Et à voir l'indépendance et la voix de son maître de la presse locale (tout le monde n'a pas une pleine page dans Libé), inutile de s'étendre sur le sujet.
  • Par contre, vous pouvez parler de vous dans les zines militants et alternatifs de part le monde.

Mais avant tout, sachez que LA LOI EST TOUJOURS DU COTE DES PROPRIOS.


l'expulsion!!
  • Elle peut avoir lieu entre 6h et 21h mais ils aiment bien le petit matin, au saut du lit, genre 8h
  • L'huissier est accompagné par des keufs, bôcoup de keufs chargés de défoncer la porte et de le protéger.
  • Sachez que l'huissier fait la demande de recourt à la force publique au préfet. Elle lui est rarement refusée mais il y en a qui ont des remorts en hiver et refusent jusqu'au printemps.
  • L'huissier est censé vous fournir des déménageurs, des cartons, un véhicule et un garde-meuble pour entreposer vos affaires. Rarement respecté.
  • Vous avez le droit à reprendre toutes vos affaires et il faut insister, tant auprès de l'huisier que des keufs qui mettent bien la pression.
  • Les ouvriers chargés de mûrer la maison, les déménageurs et les keufs n'hésiteront pas à vous voler.
  • La force de la répression est souvent proportionelle à votre résistance même s'il faut toujours subir leurs blagues pourries et leur morale à deux balles.
  • Ils chercheront toujours un moyen de rentrer au rez de chaussée. Rares sont ceux qui s'aventurent sur les toits même si ça s'est déjà vu. Ils essayeront d'abort la porte et s'attaqueront aux fenêtres ensuite. Les volets sont souvent défonçés.
  • Ils sont bien équipés : béliers, pied de biche, masse si nécessaire.
  • De plus en plus, ils filment les expulsions et les habitants.
  • Il vaut mieux que des copains/copines se déplaçent pour vous soutenir. Le plus est le mieux. Pour cela, mettez en place un réseau téléphonique rapide et efficace, genre la maison expulsée téléphone à deux trois personnes qui en appelent d'autres et ainsi de suite.
  • Il vaut mieux prévoire les expulsions s'il y a des trucs qui craignent chez vous.
  • L'avis d'expulsion n'est pas forcément suivi de l'expulsion immédiate et que les keufs aiment bien laisser pourrir la situation en espérant une démobilisation et la fin du lieu. Un déménagement trop rapide, basé sur des bruits et des provocs des keufs engendre une lassitude et un raz le bol bien compréhensible.
  • Vous pouvez contacter des journalistes car, sans compter sur leur talent, leur présence calme les keufs. Par contre, il est préférable de le voir pour lui expliquer la situation avant qu'il raconte n'importe quoi. De plus, des photos de l'intérieur, souvent trashé par les keufs et par le speed du départ ne sont jamais terribles et pourraient être utilisées pour montrer à quel point vous êtes des crados...

nord eclair
Une expérience malheureuse pour nos copains en sept. 99

SQUATT THE EMPTIES !
SQUATT THE WORLD !




vous utilisez CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)
haut de la page  v/w3c  squattalille@no-log.org